L'oïdium de la vigne

L'oïdium de la vigne est largement la pire des maladies pour un pied de vigne palissé contre la façade. C'est LA maladie la plus courante pour la vigne peu aérée. L'oïdium prend la forme d'une tissu à l'odeur de moisi ou de champignon qui colonise toutes les parties vertes du pied. Son apparition massive signifie la mort pour un pied de vigne, qui ne peut produire plus que des feuilles et raisins rabougris.

(en latin: Uncinula necator ou Oidium tucceri)

Oïdium sur du raisin bleu

Vigne en treille sur espalier

Le palissage de la vigne contre la façade la rend particulièrement sensible aux maladies. Si la vigne est palissée sur une structure dans le jardin et bien aérée, ce sont les autres maladies qui jouent un plus grand rôle. Dans notre cas, l'oïdium représente le plus grand danger pour la vigne!

Choix de la sorte

L'utilisation d'une cépage non résistant est la première cause d'une attaque par l'oïdium. La vigne européenne, (vitis vinifera), tous cépages confondus, c'est à dire toutes les sortes anciennes traditionnellement utilisées dans la viticulture, sont particulièrement sensibles à l'oïdium. La maladie a été découverte pour la première fois en 1810 en Amérique du Nord, en 1845 dans serre anglaise puis rapidement sur d'autres treilles de vigne palissées sur la façade. La maladie a été importée d'Amérique du Nord et en 1854 la viticulture européenne était quasiment détruite, jusqu'à ce que le souffre était découvert comme antidote.

Les sortes européennes historiques ne doivent donc surtout pas être utilisées dans les jardins privés d'amateurs, surtout si le but est d'éviter les traitement au souffre et autres produits chimiques. Le choix d'un cépage est la seule solution préventive pour éviter l'oïdium.

Taux d'infestation

L'oïdium est une maladie cryptogamique provoquée par des spores aériennes. Elle atteint la vigne et les espèces voisines. Un pied très sain et vigoureux peut combattre une infection par un nombre de spores limité, comme le ferait un système immunitaire attaqué par une grippe. Mais si un pied de vigne fortement atteint répand des spores dans le voisinage, la probabilité d'infestation des pieds des environs augmente largement, et même les pieds sains n'y survivront pas. Une distance de moins de 100 m est critique c'est pourquoi il est important d'arracher rapidement les pieds atteints.

Traitement

L'eau est un moyen naturel d'influence faible pour combattre la maladie qui se développe sur la face supérieure des feuilles. L'eau de pluie endommage le mycélium et l'approvisionnement en eau du pied affaiblit le champignon. C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles la vigne palissée contre la façade et protégée des gouttes de pluie par la gouttière est particulièrement sensible à cette maladie. Les traitements à l'efficacité douteuse comme le lait dilué doit son effet surtout à l'action des gouttes de pluie qui endommagent dans une petite mesure le mycélium.

Le seul remède véritable et accessible pour les particuliers et le traitement au souffre, plusieurs fois par un et pendant plusieurs années (ou même pour la durée de vie du pied), puisque les spores de l'oïdium survivent dans les yeux de la vigne. Le souffre élimine tous les insectes au contact avec le pied, même ceux qui ne sont pas nuisibles. Dans tous les cas, lisez attentivement la notice fournie par le fabricant.