• Deutsch
  • English
  • Français

Variante XXL - Montage

Plusieurs solutions existent pour monter nos dispositifs de fixation sur une paroi ITE, l’une d’entre elles est la variante XXL avec des corps d’appui en plus d’un cône d’appui formé avec du mortier composite. Cette page complète la fiche produit du dispositif de fixation WM 12XX9. Le montage est réalisable pour des bricoleurs amateurs, mais certains outils spécifiques sont nécessaires, notamment la scie cylindrique à d=60 mm ainsi que le foret à maçonnerie 16 mm et une rallonge de la canule. Il est recommandé de réaliser toutes les étapes simultanément pour tous les points d’ancrage. Un pistolet à injection motorisé est également d'une grande aide.

Montage ultérieur à la pose du système ITE

Impossible de monter les dispositifs de fixation avant la mise en place du manteau isolant (système ITE) : le montage de la variante XXL a toujours lieu après la pose du manteau isolant avec l’enduit et la réception de l’ouvrage, mais lorsque l’échafaudage est encore en place.

01. Marquage de la paroi

Veuillez consulter la fiche technique sur les travaux de perçage avant de continuer. Marquez les points de perçage, posez la scie cylindrique sur les points marqués et percez. Vérifiez si la perceuse est orientée correctement pour éviter de percer de travers.

02. Perçage du manteau isolant

Percez jusqu’à ce que le cylindre soit rempli de matériau isolant et pas plus loin. Retirez la scie et enlevez le matériau isolant puis sciez encore une fois jusqu’à ce que la pointe de centrage de 60 mm bute sur la paroi porteuse. Nettoyez le trou de perçage, éventuellement avec un aspirateur.

03. Vérifiez l’alignement

Avant d’élargir le trou dans le manteau isolant pour faire de la place pour le cône de mortier composite, vérifiez que l’orientation du trou soit correcte. Utilisez pour cela une tige filetée M 12 ou une tige d’acier avec une équerre pour voir vérifier l’angle du trou de perçage. Si nécessaire, repercez pour corriger l’orientation du trou. Le cylindre d’appui en bois fourni avec l’ancrage WM 12XX9 peut être enfilé sur la tige filetée pour cette vérification.

04. Perçage du mur porteur

Un foret pour marteau perforateur extra-long sera souvent nécessaire pour pouvoir percer la paroi porteuse sous un manteau isolant épais, éventuellement aussi un foret à percussion. Le diamètre du perçage est généralement de 16 mm, notamment lorsque les tamis pour scellement chimique SD 16130 (pour maçonnerie de briques creuses) sont utilisés. Un interstice annulaire de 2 mm est également préférable à juste 1 mm, puisque le mortier composite comblant cet interstice est peu conducteur de chaleur et permet d’éviter l’apparition d’un pont thermique. Un perçage à 14 mm est suffisant dans certains cas particuliers. Profondeur du perçage lorsqu’un tamis pour scellement chimique est utilisé : env. 14 cm. Profondeur du perçage sans le tamis pour scellement chimique = profondeur de l’ancrage de la tige dans la paroi (env. 9 – 12 cm) + 1 cm.

05. Réalisation du cône creux

Le cône creux est réalisé avec un angle de 40 – 45 degrés (soit un cône légèrement plus fin que celui montré sur le schéma). En fonction du matériau isolant, le cône est fraisé avec un foret à pierre ou découpé au couteau, ou encore en tassant le matériau isolant sur les côtés. Important : à l’avant du manteau isolant, un cylindre de 6 – 7 cm de longueur doit rester (marquez la frontière et le cône dans le trou de perçage au marqueur). Le bord extérieur du trou de perçage doit rester intact. Si un interstice existe entre la paroi porteuse et le manteau isolant, bouchez-le avec le matériau isolant retiré lors du perçage pour éviter que le mortier composite n’y coule lors du remplissage du cône.

06. Insertion du tamis pour scellement chimique

Le cône destiné à accueillir le mortier chimique et le trou de perçage dans la paroi porteuse sont à nettoyer à la brosse au soufflet et à l’aspirateur. La paroi doit également être soigneusement nettoyée de tout reste de matériau isolant pour que le mortier composite puisse y coller. Si le mur est de briques creuses, introduisez d’abord le tamis pour scellement chimique dans le trou. N’utilisez pas de tamis pour scellement chimique pour les briques pleines.

07. Armature de fil de fer

Introduisez dans le cône une pelote de fil de fer avec du fil de fer de diamètre 1,2 mm longue de 1 à 5 m en fonction de la taille du cône. Entortillez et pliez le fil de fer de façon irrégulière, sans trop tasser la pelote pour ne pas rendre inutilement difficiles les étapes suivantes. Attention : les extrémités du fil de fer sont à entortiller de façon à éviter les blessures.

08. Remplissage du trou dans la maçonnerie avec le mortier composite

Pour coller les tiges filetées, utilisez les informations sur le mortier composite (éjection des premiers cm de mortier, températures, durée d’utilisation, temps de séchage). Utilisez une rallonge pour la canule de mortier chimique. Attention : introduisez la canule bien au fond du trou, puis injectez le mortier tout en sortant doucement la canule du trou de perçage. Le trou dans la paroi porteuse, ou le tamis pour scellement chimique s’ils sont utilisés, doivent impérativement être remplis entièrement, le mortier en trop pourra couler dans le cône creux.

09. Collage de la tige filetée

La tige filetée est introduite prudemment à travers la pelote de fil de fer jusqu’à dans le trou dans la paroi porteuse ou dans le tamis pour scellement chimique. Le surplus de mortier composite devrait déjà coller l’armature de fil de fer à la paroi. La profondeur d’insertion doit être telle que la tige filetée dépasse de 6 – 7 cm du manteau isolant. Le cylindre de support en bois est enfilé sur la tige filetée pour empêcher qu’elle ne s’affaisse.

10. Protection du filetage

Retirez le corps cylindrique d’appui. Pour protéger le filetage contre les éventuelles coulures de mortier chimique, entourez-le avec du ruban adhésif pour peinture ou autre, jusqu’à l’endroit où commence le cône creux.

11. Remplissage du cône creux

Remplissez maintenant le cône creux en commençant par en bas à l’arrière, en utilisant env. les ¾ d’une cartouche. Le dernier quart de la cartouche est utilisé différemment (voir schéma suivant).

12. Formation d’une digue avec le mortier

Le dernier quart de la cartouche de mortier chimique est utilisé en bas du cône, mais à l’avant, de façon à former une « digue » de mortier par couches successives. Le partie cylindrique du trou dans du manteau isolant, là où sera placé le cylindre de support en bois, reste libre de tout mortier.

13. Remplissage du reste du cône creux

La 2ème, voir la 3ème, cartouche de mortier sera utilisée pour remplir le cône creux entièrement. Inutile d’attendre que les premières couches de mortier de cette étape soient sèches avant de commencer à utiliser la cartouche suivante.

14. Rehaussage de la digue de mortier chimique

Le dernier quart de chaque cartouche sera utilisée pour rehausser la digue de mortier chimique de l’étape 12 entre le cône et le cylindre tant qu’une partie du cône est encore vide. Laissez une fente de 1,5 – 2  mm en haut de la digue.

15. Suite du remplissage du cône creux

Le dernier espace vide du cône creux est rempli à travers la fente de 1 – 2  mm en haut de la digue jusqu’à ce que le cône creux soit entièrement rempli de mortier chimique, toujours de l’arrière vers l’avant.

16. Modélisation finale du cône de support

Lorsque le remplissage final du cône se dessine, continuez à injecter du mortier jusqu’à ce qu’il commence à couler horse de la fente au-dessus de la digue. Retirez la canule, tout en continuant l’injection, de façon à ce qu’une certaine quantité de mortier liquide coule maintenant à l’avant de la digue de mortier, avec laquelle sera collée le corps de support cylindrique en bois.

17. Collage du corps de support cylindrique

Retirez la canule du trou, puis retirez le bandage de ruban adhésif qui entoure la tige filetée. Insérez le corps de support cylindrique, en le tournant et en appuyant de façon à ce que le mortier commence à sortir tout autour du cylindre. Vissez ensuite l’écrou M 12 sur la tige filetée pour maintenir le cylindre en place jusqu’au séchage complet du mortier chimique. Le corps du support devrait être de préférence plane avec la surface du manteau isolant, ou être inséré plus profondément, mais il ne doit en aucun cas dépasser.

18. Finalisation du bloc d’écartement

Lorsque le temps de prise est atteint (il est indiqué sur la (cartouche), retirez l’écrou, puis enfilez sur la tige filetée le nombre nécessaire de rondelles plastiques d=50 mm h=1,5 m, jusqu’à ce que le « corps de distance » (cylindre de bois et rondelles plastiques dépasse de la surface de 2 – 3  mm environ. De 2 – 3  rondelles peuvent être nécessaires, mais parfois jusqu’à 10 -15. 

19. Finalisation du montage et étanchéisation du trou de perçage

Enfilez sur la tige filetée la rondelle d’appui avec la couche de mousse imperméable, puis serrez l’écrou M 12 fermement jusqu’à ce que la tige soit serrée contre la paroi. Cette étape est importante car c’est ainsi que la tige d’ancrage atteint sa capacité de charge. La membrane imperméable de 5 mm est maintenant comprimée sans déformation du manteau isolant.

20. Montage de la tête serre-câbles sur la tige

L’écrou plat et la tête serre-câbles sont vissés sur la tige filetée. Pour contrer les deux l’un contre l’autre, retirez la vis sans tête, puis passez une tige entre les rainures de la tête serre-câbles pour faire levier, en saisissant l’écrou plat avec une clé plate. La suite du montage se déroule comme décrit pour la version lourde